Je suis dispo si vous voulez

Biiiiip.

Les portes du métro se ferment.

"Mesdames, Messieurs..."

Avalanche de soupirs de début de ritournelle : la misère à Paris n'étonne plus, n'émeut presque plus, elle en est devenue tellement banale qu'elle en déclencherait même une certaine lassitude blasée. Tristement.

"Je ne viens pas vous demander de l'argent, je vois bien sur vos visages que vous n'en n'avez pas".

Premiers sourires sur les visages. Car la voix qui s'élève n'est pas comme d'habitude. Elle est enjouée, chantante.

"Moi, mesdames et messieurs, enfin surtout mesdames, je cherche l'amour"

On m'avait dit que ça arrivait parfois dans le métro, mais c'est la première fois que j'y suis confrontée.

"A Paris, c'est bien connu l'amour est partout, alors pourquoi pas dans le métro ? Sachez que je suis disponible, et ouvert à l'amour. J'ai tout pour plaire, je suis attentionné, je sais faire la vaisselle et gratter un plat qui accroche, je fais le ménage et je vous laisserai faire autant de shopping que vous voulez. D'ailleurs j'ai ma carte bleue bien remplie, et je suis plutôt performant au..."

Il pouffe de rire tout seul.

"Enfin vous voyez quoi. Bref mesdames, si vous êtes célibataires, ou lassées de votre mari, pensez à moi. SI je suis seul c'est que j'ai déconné, je ne vous fait pas de dessin, mais ça m'a servi de leçon et je vous promets que je serai fidèle.Ca vous intéresse ?"

Un homme crie d'un peu plus loin dans le wagon " "Moi ça m'intéresse !" Rires.

"Ahhh c'est gentil monsieur, mais je préfère les femmes !Donc si vous avez entre 30 et 69 ans, que vous êtes prête à faire un bébé -parce qu'il faudra pas trainer - sachez que je descends à la prochaine station, et que vous n'avez qu'à me cueillir sur le quai. Sifflez moi, attrapez moi , faites comme vous voulez. Je vous attends".

Et il descend.

Je n'ai pas vu s'il avait su conquérir un coeur délaissé, mais j'ai eu mon premier kif de la journée.

Retour à l'accueil