L'homme à l'imper

Il y a du monde dans le métro ce matin. Debout au milieu, je me tiens à la barre et j'attends patiemment. Tranquille. Entre un monsieur, la cinquantaine, sec, cheveux blancs, un imper, une mallette. Il ne sourit pas. Mais c'est un matin à Paris, dans le métro. Rien d'anormal en somme.

Il se met à côté de moi, sans se tenir. Le train s'arrête à une nouvelle station et un flux de voyageurs monte. Il marmonne quelque chose. J'entends le mot "Pieds". Il n'a pas l'air content du tout. Il continue à marmonner.

« Les gens, ils te marchent tout le temps sur les pieds.... #marmonnage incompréhensif# ...... »

Et là, je ne sais pas pourquoi, je sens monter l'envie de rire. Ce n'est pourtant pas la première fois que quelqu'un râle dans le métro. Mais lui, dans son petit imper tout étriqué, avec son visage fermé, et son grommelage intempestif, il me fait rire. Je tente de le contenir. Le sourire pointe. Je le combats, il passe sur le coin de la bouche. Je ne peux pas faire mieux.

Je sens son regard sur moi. Je joue la belle indifférente. Sans grand succès. Le jeune homme en face de moi croise mon regard. Ses yeux sourient aussi.

Je sors enfin. Laisse éclater le sourire, toutes dents dehors.

Retour à l'accueil