©Nelly C'est Doux

©Nelly C'est Doux

Cette semaine j'ai eu la chance d'assister à la première d'un spectacle plus que vivant. Un spectacle dégoulinant de bonne humeur et surtout pas de bons sentiments.

Un spectacle drôlissime avec Florence Servan-Schreiber, Audrey Akoun et Isabelle Pailleau, superbement mis en scène par Béatrice de la Boulaye.

Alors ça donne quoi une professeure de bonheur et deux psys sur scène en mode Airnadette ?

Ça donne un truc un peu fou, pétillant, avec une bonne dose de psychologie positive et d'ouvrage intempestif d'yeux. Ça donne des exercices à faire, en live : et oui, le public donne de lui-même.

  • J'ai salué tous mes voisins,
  • appris que ma voisine de droite avait en fait le rêve de se mettre à son compte, parce que « Mon boulot, je l'aime, mais pas comme je le vis en ce moment. »
  • que ma voisine de gauche avait « Vraiment passé une sale journée jusqu'ici. »
  • et fait deux minutes de cohérence cardiaque.

​J'ai beaucoup ri. J'ai vu une Florence comme je ne l'avais jamais vue, et j'ai ressenti beaucoup de tendresse pour elle tout le long. J'ai découvert une Audrey solaire sur scène, et une Isabelle ultra drôle.

J'ai surtout assisté à l'épiphanie de ces trois belles personnes, qui vivaient leur rêve sur scène, prouvant qu'on peut sans cesse se réinventer et se dépasser.

Bref, j'ai kiffé.

Merci.

La fabrique à Kifs, c'était les 5 et 6 avril 2016 au Vingtième Théatre à Paris.

Retour à l'accueil