Je te retrouve en moi

Depuis que je suis gamine, j'ai l'impression que je fais tout pour ne pas être comme toi. C'est dans notre ADN d'enfant je crois : s'affranchir de ses parents. C'est un moteur essentiel. Je me suis répétée, que j'étais différente. Plus cool, c'est sûr. Moins maniaque. Moins rigide aussi parfois.

Et puis je vieillis. Et parfois, dans le miroir, je te retrouve en moi. Moi qui ne voyait pas enfant la ressemblance entre nous, toi blonde aux yeux bleus, moi châtains aux yeux marrons. Mais plus ça va, moins je ne peux nier que si, je te ressemble. Et pas seulement physiquement.

Je te retrouve en moi aussi, le soir, quand je raconte des histoires à ma fille. Je me projette en arrière, dans cette grande chambre rose, où tu m'inventais des contes de hérissons, de princesses.

Je te retrouve en moi quand je caresse les cheveux de ma fille, au moment de dormir.

Je te retrouve en moi quand j'ai la hargne de réussir, de faire entendre ma voix. Quand la guerrière sort du carcan de la peur qui m'emprisonne souvent, du manque de bravoure et de répartie pour faire valoir mes droits. Dans ces moments-là, c'est un peu toi que j'invoque.

Parce que même s'il y a pleins de choses que je ne ferai pas comme toi, parce que malgré tout, je suis différente, je te retrouve souvent en moi, maman.

Bonne fête mamounette.

Retour à l'accueil