4612margaux_fait_la_timide

J'ai longtemps cru que j'étais timide. Enfant, je n'osais pas grand chose, je me mettais souvent en retrait. Pourtant, ma sociabilité me prouvait qu'il y avait autre chose. Jusqu'à ce que je comprenne qu'en fait j'avais la trouille. Peur de me mettre en avant, peur de l'échec (mes parents ne pouvaient absolument pas envisager que leurs filles échouent), peur de ne pas être à l' hauteur... Peur d'être moi. Je me suis fait violence, dans mon adolescence, pour parler aux autres. Je me suis cachée derrière un humour un peu cynique, et une répartie aiguisée. Mais ça marchait, j'ai toujours eu pleins d'amis. Comme je craignais d'être devant une audience (je flippais pour mes auditions de piano, le ventre à l'envers...) je me suis forcée à faire des exposés en cours pour conjurer le sort. Ensuite, je n'ai plus vraiment fait face à ce vieux démon. Je me suis libérée mais pas de tout. Bien sûr, je parle maintenant sans difficulté aux gens (parfois, un peu trop librement ;) mais j'ai peur quand je rentre le soir et mes terreurs nocturnes régulières me prouvent que j'ai encore du chemin à faire.

Il y a un an, avec un ami, j'ai fait du saut à l'élastique. Je m'étais toujours dit « Jamais ». Et là, sur un coup de tête, sans réfléchir, quand il m'a demandé de l'accompagner, j'ai dit oui. A 60m au dessous des gens-fourmis, quand l'homme qui nous accompagnait à dit "A trois vous sautez... 1,2,3 !" j'ai sauté sans hésiter (mon ami m'a dit après que si je n'avais pas donné l'impulsion, il n'aurait probablement pas sauté de suite). Ca a débloqué quelque chose en moi. J'ai compris que si je ne me donnais pas ce genre de défi, si je restais victime de ma peur, elle me dominerait, et je la trainerais avec moi toute ma vie. Depuis, j'ai accepté de prendre la parole à la FNAC devant une audience, et quand j'ai vu les deux autres auditeurs, j'ai su de suite que j'avais énormément de retard à rattraper au niveau de ma confiance (clin d'oeil au passage à Christophe qu me lit sûrement)... Récemment, on m'a proposé de m'interviewer pour un magasine féminin. Auparavant, j'aurais dit non, je n'aurais pas osé. Là, j'ai dit oui. Ce ne sont que des petites étapes de vie, mais ca m'aide à grandir. A ne plus avoir autant peur d'être moi.

Retour à l'accueil