Ça fait un petit moment que je me dis qu'il faudrait que je réussisse à passer toute une journée sans envoyer de messages négatifs. Début janvier, dans Psycho Mag, il y avait un petit carnet avec 30 exercices pour changer. Et je me suis arrêtée à l'exercice numéro 4 : "Je prends garde à ne laisser aucune formulation négative envers les autres franchir la barrière de mes lèvres." Je me suis rendu compte que c'était physiquement impossible. Je n'y arrive pas. Depuis je n'arrête pas de penser à cet exercice. Il me hante. Je me prends en flagrant délit au moins une fois par jour à balancer une vacherie, à faire un petit commentaire bien senti, le plus souvent en face à face (ce qui n'est pas "mieux" que dans le dos, je peux le certifier)…

Bon il faut dire déjà qu'à la base, je suis quelqu'un d'assez cynique, qui ne rechigne pas au bon mot et à la petite vanne. C'est vraiment TRES rarement méchant, et si ça l'est, c'est que l'autre en face m'a VRAIMENT mise en pétard. Je ne suis pas une peau de vache dans l'âme. J'aime bien me moquer un peu. Mea culpa. Mais depuis l'exercice numéro 4, ma vie est en train de changer. Je tente de me faire violence, surtout avec Mr L qui est l'homme le moins pénible au monde, une crème au quotidien. Et non, c'est plus fort que moi, je le titille. Deux secondes après, je m'en rends compte, je me gronde "Non mais fous-lui la paix, c'est pas un môme", mais je materne, je le dirige, en bref, je l'emmerde. C'est plus fort que moi. Je suis très forte à ce petit jeu de la culpabilisation, d'un petit regard, il comprend maintenant. Et pourtant, je n'aime pas ça. Alors je me surveille. Je me colle au derrière et je m'observe. Quand je commence à glisser sur la mauvaise pente du négatif, je me chope au colback et je me secoue.

Malgré tout, je vois un léger mieux. Mais je passe mon temps à aller m'excuser. A lui dire « je suis pénible, je sais ». Il va finir par y croire vraiment et à se dire : « mais c'est vrai qu'elle est pénible ». Bref. Je réalise surtout qu'avec lui, je me laisse aller plus facilement, parce que je sais qu'il va être plus indulgent. C'est bête de ma part. C'est justement avec ceux qu'on aime qu'on devrait faire plus attention, au lieu de relâcher sur eux nos tensions du jour. Donc voilà, c'est ma seconde bonne résolution de l'année, après "Ecouter les autres vraiment". Que ce soit avec Mr L, mes amis, mes collègues, etc… j'essaierai à présent d'envoyer moins de messages négatifs. Avec l'espoir qu'un jour, ça vienne tout seul.

Retour à l'accueil