Je lance le programme, peu confiante. M'a déjà joué des tours. L'eau qui dégouline par en-dessous, j'ai connu ! L'enclenchement de programme qui se fait pas, j'ai connu ! L'est sournoise depuis le dernier déménagement. Se venge d'avoir été secouée, sûrement. Mais là, bizarrement, elle ronronne. Comme pour lui montrer qu'on ne me l'a fait pas, je reluque deux minutes par en-dessous, vérifie que les serpillères sont à portée de main, puis rien ne se passant, je repars dans ma chambre.

Dix petites minutes chrono plus tard, j'entends un gros "SCRATCH". Puis plus rien. Je ne sais pas si c'est le "plus rien" ou le "SCRATCH" qui me fait le plus flipper. J'accours dans la cuisine et là, rien. Si ce n'est une odeur persistante de souffre, qui comme le dira ma mère plus tard au téléphone (oui, nous filles, avons besoin de partager ces moments intenses ménagers avec nos mères) : "Ca présage rien de bon".

Bien sûr, impossible de la relancer. Plus rien ne s'allume. Je crois que ca y'est, ma machine à laver est morte. Pas le temps de pleurnicher : il faut sauver mes vêtements, ne pas laisser la machine les emporter avec elle dans la tombe. Me voila donc à sortir du linge dégoulinant de lessive et d'eau du tambour, et à le transvaser dans un sac. Puis n'écoutant que mon courage, je sors et me précipite à la laverie qui se trouve à 4 numéros de chez moi. C'est seulement une fois que je le vois tourner, tranquillement, dans cette grande machine rien que pour lui que je tranquilise. J'ai sauvé mon linge. Je suis une héroïne du temps ménager moderne.

Vacherie de M.A.L. .. Tu m'auras bien fait suer, mais je t'aimais quand même. Un quart de minute de silence, sivouplé.
...
...
...
...
...
Merci.

Retour à l'accueil