ico-ee.gifLa première fois que j'ai entendu parler de l'empreinte écologique, c'était début octobre, lors d'une déjeuner pro à mon boulot avec une femmme hyper intéressante, Than Nghiem, d'une socièté appelée Angenius : "L’Institut Angenius est un organisme de recherche appliquée dont la mission est d'accélérer la mise en place de modes de vie durables, c’est-à-dire des modes d’organisation et des arts de vivre compatibles avec les limites de notre planète. Le mode d'action d'Angenius est l'expérimentation aux côtés des acteurs pionniers, le partage libre des connaissances et la mise en place d'outils permettant d'accélérer le changement." Elle venait nous présenter sa socièté et nous montrer qu'il existe des modes de vie en accord avec le développement durable, applicables à notre niveau. A chacun. Selon elle, on peut vivre plus efficacement sans changer fondamentalement notre vie, mais en agissant juste plus  intelligemment. Et tenter de le faire déjà en local. « Le développement durable, c'est une question de bon sens  » nous a-t-elle dit dans un sourire. On ne peut pas tout changer en un an, de toute façon, mai sil faut, pavé après pavé, faire son chemin, de façon durable.

Elle nous a notamment parlé d'un projet très intéressant développé à 20 min de Londres : un quartier à "zero energy developpement" : BedZed

Comme quoi il est possible de s'adapter peu à peu à des systèmes de vie moins polluants. Sachant que nous exploitons déjà  les ressources de 3 planètes actuellement,  il est vraiment temps de réagir : acheter des produits locaux, mettre des ampoules à économies d'énergie... Geste après geste.

Depuis, j'entends parler d'empreinte écologique à tout va. Est-ce parce que, maintenant que je connais le nom, qu'il me parle et m'interpelle, ou tout simplement qu'on en parle soudain beaucoup ? Je pense un peu des deux.

Alors, premier pas, pour chacun ? Aller calculer  son empreinte écologiqe, afin de se faire une idée :
http://www.agir21.org/
http://www.earthday.net/Footprint/info.asp


Image-1.png

Pour ma part, si tout le monde vivait comme moi on aurait besoin de 2,67 planètes (alors que nous n'avons pas de voitures, des mapoules à économies d'énergie et qu'on achète très souvent des produits locaux au marché). Reste encore du chemin à faire ! Et vous ?

Retour à l'accueil