Reprenons. Avec le sourire. Mademoiselle, respirez un bon coup. Voilà c'est mieux. Tête haute s'il vous plaît. Bien. Il va s'agir à présente de positiver. Si, si. Vous m'avez bien compris. Nous allons vider ce charmant crâne de toutes ses idées noires. Tentons de reconquérir notre belle assurance. Monsieur est chafouin ? Chafouinons donc. Non non, Mademoiselle, nous ne conseillons pas l'indifférence. Un sourire, vous ais-je demandé. Mieux que cela. Bon, nous nous en contenterons. Moi, Mademoiselle, je vous parle de confiance et de compréhension. Il va de soi que vous pouvez et devez attendre autant en retour. Levez ce menton boudeur.

N'accablons pas l'énergumène, il ne semble pas lui-même très assuré. Laissons lui un peu de temps Vous osez froncer les sourcils ? Quelle horreur. Voyez vous-même dans le grand miroir les petites rides au coin de vos yeux de biche. Ah ! Mais que voilà un sourire coquin. C'est beaucoup mieux. Allons allons, comment pourrait-il donc rester insensible à tout cela. Rassurez-vous donc. Et rassurez-le par là même. Il n'a pas à tout gérer et vous, cessez de vous faire tout ce souci qui nuit tant à notre charmant teint de pêche que voilà.

Bon bon. Regardez comme nous avons progressé. Demain, nous verrons comment dénouer ces épaules mutines et les libérer du poids qu'elles semblent porter. Cinéma que tout cela. Allez, respirez, menton conquérant, regard pétillant. Vous êtes femme, charmez.
Retour à l'accueil