Ce matin, dans les couloirs de la ligne 7, j'entends un esclandre au bout du tunnel d'un couloir. En m'approchant, j'aperçois un grand black, cerné (c'est le bon mot) par quatre agents RATP (je serais tentée d'ajouter "comme souvent"). L'homme est assez énervé, et ne comprend visiblement pas pourquoi, alors qu'il a montré son pass navigo, les agents persistent à lui demander son pass. « On l'a vu mais maintenant on doit le scanner votre badge » lui répond-on.  D'un geste, l'homme montre la foule qui passe à côté sans être inquiètée et ajoute : « Vous ne leur demandez pas, à eux, leur badge ».

Le même agent, la cinquantaine sèche et embuée dans son petit pouvoir, lui répond : « Oui et bien la c'est votre badge qu'on veut voir, et vous pouvez être sur que votre bagde on va le scanner, et qu'on va même vous faire sortir votre carte d'identité ». Au moment où je passe devant lui, il finit sa phrase sur un sourire mauvais. Je n'ai pas pu m'empêcher de murmurer un "Connard", avec un seul regret par la suite : ne pas l'avoir dit plus fort.

Retour à l'accueil