Dis moi A, une question me vient.
32 ans et mariée, ça veut dire fin du second degré, plus de cynisme, que des bons sentiments et de la compassion? Je t'ai connu un petit peu plus punchy !

Depuis que j'ai reçu ce message Facebook d'un ancien ami vendredi, je me triture l'esprit. Est-ce que j'ai perdu en hargne, en drolerie, en causticité ? En second degré ? En pêche ? Bref, est-ce que l'amour aidant, et l'âge filant, je deviens... chiante, lisse, transparente ?

Ou est-ce que finalement, je n'ai jamais été fielleuse et que c'est lui qui avait cette image de moi ? Tout simplement.

Parce qu'à bien y réfléchir, j'ai jamais été franchement rebelle : déjà je n'ai jamais fait ma crise d'adolescence. J'étais une fille bien gentille, bien rangée. Jamais fumé de shit (bon, tiré une taf une fois), crapoté une malboro en 89 en voyage scolaire en Allemagne et fumé une Lucky strike chlorophile suite à un pari, bon j'appelle pas ça avoir déjà fumé.

J'ai jamais pris de cuite. Par par conviction, juste que je bois pas. Enfin je ne buvais pas. J'avoue que les soirées tarot aidant, je m'suis mise à la bière, et je picolle un peu de blanc au repas, mais jamais de rouge. Ni d'alcool fort, j'aime pas ça. La seule fois où j'ai été un peu petée c'était à une soirée Beaujolais nouveau  et comme il s'avère que j'ai une bonne descente (heureusement que je bois pas trop ;) et qu'on me remplissait le verre régulièrement, j'ai pas trop fait gaffe. C'est quand je me suis mise à rire toute sele dans le métro en rentrant, et que j'avais du mal à marcher droit que j'ai compris que j'avais peut-être un peu abusé. C'est d'ailleurs un excellent souvenir.

Bref, je n'ai jamais eu l'mpression d'être rebelle, ou cynique, ou second degré. Je vanne, ça, c'est toujours là. Mais finalement, je vais arrêter de regretter un état que je n'ai jamais eu :)

Enfin, j'ai l'impression que sur Facebook, les gens se lâchent et oublient que certaines infos sont publiques, ou facilement accessibles. Alors non, c'est vrai, je ne suis pas inscrite à énormément de groupes funky. En même temps, j'ai grandi. Et ça ne me déplait pas. Donc merci Pilou pour cet essorage de cerveau. Viens à Paris quand tu veux ;)

Retour à l'accueil