Ce matin, dans le métro, bondé, Mr L et moi discutons de l'intransigeance. La sienne que je lui suppose face à certaines personnes de notre entourage, où selon moi, il met plus d'attente qu'envers d'autres, et celle qu'il constate que j'aie envers les gens dans le métro (cette femme qui commence à faire pression sur mon dos pour que je me pousse alors que le train entre à peine en gare, que l'on est déjà bien serrés, et que même si je le voulais, je ne pourrais pas avancer). Deux jeunes, qui se trouvent à côté de nous se lancent des regards commplices. Je les soupçonne de se dire, à travers cet échange silencieux et amusé, « Ahlala, ces couples ! »

 

Mon homme descend à son arrêt et puis à Opéra, tout le monde sort. Je m'assois, le temps d'une station. Et je passe à ma phase préférée. L'observation. Entre alors une femme enceinte. Je lui fais un peu de place, elle s'assoit près de moi, dans un sourire et un merci. Je mets quelques secondes à comprendre qu'à peine assise, elle se met à pleurer. Je la vois, du coin de l'oeil, avec ses grosses larmes roulant sur ses joues, sans un bruit. Elle se tortille, farfouille dans ses poches, dans son sac, laisse tomber, abattue. Alors j'ouvre mon sac et je lui tends un mouchoir en papier. Sans un mot. Peut-être aurait-elle souhaité que je lui parle, la rassure, lui demande quoi. Mais je ne le sens pas. J'ai envie de respecter sa peine. Alors on ne s'échange qu'un regard. Court. Et on reste assises, un petit moment, côte à côte… Et je sors, sans plus de mots.

Retour à l'accueil