Bleu, jaune, rouge

Dimanche, j'ai enfin pu aller à l'expo Kandinsky, à Pompidou, et sincèrement, je ne l'ai pas regretté. Gamine, j'avais mis ce tableau dans ma chambre, essayant de le décrypter, d'en comprendre le sens, et là, audioguide collé à l'oreille, j'en comprenais enfin toute la dimension cachée, symbolique, emprunte de l'imagination débordante de l'artiste, de sa structure et de son art.

L'expo vous balade, de ses débuts munichois en 1908 à sa mort en France, en 1944, nous parle des trois amours de sa vie, de l'influence russe, allemande, française, de ses amitiés célèbres (avoir comme coloc Paul Klee, ce n'est pas donné à tout le monde) et des nombreux traités qu'il a pu écrire. Sa vie, comme sa peinture, n'a été qu'influence du monde extérieur sur lui, le modelant, le rendant plus fort. Et même quand il n'avait plus la possibilité d'acheter des toiles pendant la guerre, il peignait sur du carton. Une peinture forte, un art qui domine sa vie. Je vous invite vraiment à découvrir cet artiste, et sa peinture si prenante.

Dépêchez-vous, ca finit le 10 Août !
Retour à l'accueil