Ce matin, métro blindé (rentrée consommée) proximité rapprochée.
Un groupe se fraye un passage et se place à côté de moi. 3 hommes, 2 femmes, de bonne humeur. Les vannes valsent. Comme j'aime. Rien de tel pour bien commencer la journée. Et satisfaire ma curiosité. Je me dis parfois que c'est pour ça que j'aime le métro : mon côté voyeur est comblé. Je peux écouter toutes les conversations sans me gêner, ni le faire pincer. En général.

Là, à un moment, je ne peux plus m'empêcher de sourire. Ils sont drôles. Forcément, l'un d'entre eux le remarque. Et dit à ses amis : « Ah on a fait sourire la jeune femme » Déjà, j'avoue que "La jeune femme", ça m'a fait plaisir. Pas "La dame" mais la "Jeune femme" (dieu bénisse ce nouveau fond de teint !). Du coup, ni une ni deux, tous se retournent et me regardent. Petit moment de solitude.

Le premier vient à mon secours « Non mais c'est rare mademoiselle. Les gens ne sourient jamais à Paris » Alors je lui réponds « Mais si ! il suffit de leur sourire et ils vous en feront un en retour ». Sceptique, il se retourne vers son voisin 100% costard-cravate-actif-parisien et lui sourit, mise en pratique immédiate. Et là, alléluia, l'homme lui offre un magnifique sourire en retour. Scotché. Et lui dit « Perdu ! »

C'est aussi pour ces moments-là que j'aime Paris et son métro.
Retour à l'accueil