http://chall3nge.files.wordpress.com/2012/05/comfort-zone.jpg

S'il y a bien une chose que j'ai apprise depuis le début de mon “aventure entrepreunariale", c'est que pour avancer, il faut savoir sortir de sa zone de confort. C'est à dire que monter sa boite, seul devant son ordi, ça rassure. Mais ça ne suffira jamais.

Il faut se confronter :

* à son marché : aller voir les concurrents, se rendre à des salons... 

* à ses futurs clients : aller parler aux futurs acheteurs, creuser avec eux leurs besoins, les manques du marché actuel...

* à son réseau : se rendre à des soirées d'entrepreneurs, des apéros, rencontrer éventuellement des investisseurs si votre projet le requiert. Rencontrer des pros.

 

Bref : à des gens autres que vos amis qui vous disent avec plein de gentillesse que votre projet est génial pour vous faire plaisir. Et ça, je vous conseille de le faire dès le début de votre projet. Attendre le dernier moment et se rendre compte que l'idée n'est pas viable, c'est un peu dommage non ?

Ce n'est pas facile, parce que les gens peuvent vous dire sans concession que votre idée est nulle (mais bon, certains plus intelligents le diront avec plus de bienveillance) mais au moins ça vous permet de tester votre idée en live.

C'est notamment comme ça que j'ai pivoté (= changé de projet en cours de route). Car je me suis rendue compte que mon premier projet, je voulais le monter surtout pour me faire plaisir. Parce que je voulais kiffer. Et pas parce qu'il y avait un réel besoin sur le marché.

Attention, kiffer c'est bien. Si on n'aime pas son projet, on ne peut pas le porter à bout de bras au quotidien, même les jours où ça ne va pas. Surtout les jours où ne ça va pas ! Mais il faut se poser les bonnes questions :y'a -t-il un marché ? Si oui comment se porte-t-il ? Qui sont mes clients ? Que veulent-ils ? Est-ce que mon "offre" répond à leurs besoins ?

Et tout ça, on ne le sort pas du chapeau, planqué derrière son ordi. Dommage, ça m'aurait bien arrangé ;) 

 

 

Retour à l'accueil