http://www.allomusic.com/data/caroussel/00/00/00/05/1/5.jpg?reload=1263200049




Je n'ai pas fait ma crise d'adolescence. Jamais. Ado, mes parents me laissaient relativement libre, je faisais ce que je voulais. Et du coup je n'ai pas eu besoin de me rebeller. Je ne buvais pas, ne fumais pas, ne me droguais pas. J'étais une petite fille sage, un peu timide. Juste un peu grande gueule. Et pourtant, j'étais fan de Mano Solo. J'ai écouté un million de fois son album Marmaille Nue, qui résonnait étrangement en moi. Par sa poésie. Sa mélancolie. Sa voix tiraillée et ses textes noirs. Il me tordait les boyaux et paradoxalement me donnait l'espoir. Parce qu'il transpirait la rage de vivre. Alors ce week-end, en apprenant la mort de Mano Solo, l'écho en moi s'est mis à résonner. Et j'ai eu le coeur serré. Parce qu'on a perdu un artiste fantastique. Et qu'il est rentré au port. Une dernière fois.

Je ne peux que vous conseiller la lecture de l'article de Nicolas Roux. Et pas seulement parce qu'il est sur AlloMusic.
Retour à l'accueil